Un petit tour en Islande

En juin, je suis partie en Islande avec une amie, en quête d’elfes, de glaciers, de trolls, de chutes d’eau, d’icebergs, et de vikings. Voilà quelques photos, avant de mettre cette aventure en pause, pour cause de rédaction d’une thèse ! A bientôt j’espère !

Blue Lagoon :
2014-06-18 19.53.42

Face à Reykjavik :
DSCN1601

Skógafoss :
DSC01718

DSCN1612

Jökulsárlón :
DSCN1639

DSCN1645

Plage de Vík :
DSCN1653

Le soleil de minuit :
DSCN1667

Au parc national de Þingvellir :
DSCN1682

Publicités

L’exposition : pour conclure …

Un grand merci aux enfants pour leur participation, leurs illustrations, leurs histoires, leur enthousiasme ; aux professeurs qui nous ont donné l’opportunité de rencontrer leurs classes et de partager contes et légendes avec les élèves ; à Sylvie ; à la mairie de Saint Romain le Puy ; à tous ceux qui sont venus voir cette expo ; ainsi qu’à Erika pour m’avoir accompagnée dans cette aventure.

panneau-fin  Vous pouvez trouver le compte-rendu de la semaine d’exposition en cliquant ici.

Expo et rencontres

Comme vous avez pu le voir sur le site, la semaine du 23 au 27 Septembre a été consacrée à l’exposition (que j’ai nommée Mythes, Mémoire du monde – j’aime les allitérations) retraçant le voyage, mais surtout, présentant les histoires légendaires que l’on a pu entendre dans les différents pays.

2013-09-25 08.16.58

J’avais organisé l’exposition en 2 grandes parties : une avec des objets et quelques uns des dessins que nous avions faits pour illustrer les mythes grecs que nous racontions, et l’autre avec des photos montrant les paysages typiques de chaque pays et des panneaux faits maison sur lesquels on pouvait lire les mythes du monde, accompagnés de dessins d’enfants et de photos.

2013-09-25 10.20.51 2013-09-21 12.42.29

Durant la semaine, toutes les classes de l’école primaire de Saint Romain (du CE1 au CM2, ainsi qu’une classe de CP) et les 5e du collège sont passées pour voir l’expo, et discuter un peu avec moi de contes et de voyage. Ce fut une expérience très enrichissante pour moi, déjà, d’expliquer à tous ces jeunes ce que nous avions fait et pourquoi, de répondre à leurs questions diverses, et de leur narrer quelques histoires. Heureusement que Sylvie, qui s’occupe de la médiathèque, était là pour m’aider !

2013-09-26 14.10.46 2013-09-26 14.14.04

En gros, les rencontres se déroulaient toujours plus ou moins de la même façon, même si le contenu de mon discours variait considérablement en fonction de l’âge de mes interlocuteurs. Nous commencions par une petite introduction face à la classe entière, où je leur expliquais notre projet et notre itinéraire, puis nous séparions la classe en deux (Sylvie les emmenaient voir les panneaux, pendant que je leur racontais les histoires liées aux dessins et aux objets). Après, nous les réunissions de nouveau pour que je leur raconte un ou deux mythes et réponde à leurs multiples questions.

C’était drôle de voir ce qui les intéressait le plus. Je pense que les animaux et la nourriture sont les sujets qui sont revenus le plus fréquemment (baaaaah, j’ai mangé des sauterelles et des asticots !). Mais j’ai dû répondre à de nombreuses questions pratiques (le coût et le financement du voyage, où dormir, où manger, comment se déplacer…). Aussi, surtout chez les plus jeunes, j’ai régulièrement dû les rassurer sur le fait que les histoires que je leur racontais n’étaient pas vraies … Je crois que l’idée que le cocotier ait germé de la tête d’une anguille en a perturbé plus d’un. La palme de la plus belle question reviendra à un petit CE1, dès le premier jour, qui m’a demandé, après que je leur ai montré un porte-bonheur, si la chance existait vraiment. Euh…

Je suis très heureuse d’avoir pu partager cette expérience avec les enfants (et les adultes qui passaient à la médiathèque, ou ceux qui sont venus le vendredi soir à la clôture pour visiter l’expo et m’écouter conter), de leur avoir montrer, brièvement, qu’on pouvait rêver, partir découvrir le monde, et rentrer riche d’histoires et d’expériences. Je pense qu’en général, cette visite leur a plu, ainsi que les récits (même pour les plus grands !). En tout cas, de mon côté, je peux vous dire que j’ai passé une excellente semaine !

2013-09-26 14.29.25

Un an déjà …

Oui, il y a un an, nous décollions pour une belle aventure… C’est le bon jour, maintenant que les dates sont approuvées, pour vous présenter l’affiche de l’exposition retraçant ce périple.

affiche

J’ai hâte de rencontrer les élèves de l’école et les autres visiteurs pour partager avec eux tout ce que j’ai pu apprendre au cours du voyage.

Un bus pour l’inconnu.

Tiens, et si j’allais faire un tour en Malaisie ? Pays dont je ne connais absolument rien, ou presque. Il y a 10 jours, pour moi, la Malaisie, c’était ça : capitale, Kuala Lumpur ; situation, quelque part en Asie du Sud-Est. Et le peu que j’en avais découvert à la lecture du roman The Garden of Evening Mists, de Tan Twan Eng. Enfin, ça ne m’a pas arrêtée pour autant, surtout que j’avais rencontré ces derniers temps quelques personnes qui étaient passées par là. Sur leurs conseils – et parce que, après 8 jours, Singapour devient un peu trop aseptisée, j’ai sauté dans un bus pour KL.

Je n’ai pas vu grand chose de la Malaisie en 8 jours, mais suffisamment pour m’en faire une opinion favorable : KL – Taman Negara – KL. J’aurais pu en voir un peu plus, mais j’ai eu la flemme de faire du bus … J’apprécie beaucoup la capitale, à la croisée de nombreuses cultures différentes. Cela se reflète dans l’architecture, les divers lieux de culte (on trouve de superbes temples et mosquées à tous les coins de rue), la nourriture (aaaaah !) … Les Petronas Towers sont de très belles tours, encore plus incroyables la nuit. On ne se lasse pas de les admirer. Les jardins sont reposants, là où la ville, sans cesse en mouvement, nous épuise. Le trafic est assez invivable, mais ce n’est pas trop compliqué de se déplacer à pied, entre les marchés à ciel ouvert, les gratte-ciel et les centres commerciaux immenses (l’un d’eux abrite un parc d’attraction !).

J’étais cependant bien contente d’aller faire un tour loin de cette jungle urbaine, au parc national Taman Negara (ce qui, en malais, signifie « parc national » … Bonjour le pléonasme donc !). Trois heures de bus, trois heures de pirogue, et nous voilà dans un petit village au milieu de la jungle. La plus vieille du monde. J’ai trouvé le moyen d’aller me perdre (enfin, pas vraiment, mais ce n’était pas le chemin conseillé dirons-nous) avec un allemand, à escalader des rochers, à sauter par-dessus des troncs d’arbres, à descendre des pentes glissantes accrochés à des cordes… Sous la pluie bien sûr, sinon, cela aurait été trop simple. Ah, on a bien ri, même si nous sommes rentrés épuisés, couverts de boue, avec deux ou trois sangsues pour compagnie (baaaaaaaah !). Malheureusement, nous n’avons pas vu beaucoup d’animaux : deux marcassins, des mille-pattes, des araignées … Pas de serpents, tigres, ou éléphants.

Après ça, retour à la civilisation, où j’ai continué à explorer la capitale. J’ai fait un tour au Central Market (entre le souk oriental et le marché chinois), j’ai exploré la ville de nuit en compagnie de deux autres allemands (qui déplorent le coût élevé de la bière ici), j’ai grimpé les mille marches des Batu caves, impressionnantes, et je me suis remise de mes exploits sportifs du week-end (hum, ok, de ma randonnée).

Demain, retour à Singapour. Je verrai bien ce qu’il me reste à faire là-bas !

20130219-142307.jpg

20130219-142344.jpg

20130219-142416.jpg

20130219-142450.jpg

20130219-142537.jpg

20130219-142619.jpg

20130219-142650.jpg

20130219-142722.jpg

20130219-142745.jpg

20130219-142810.jpg

20130219-142834.jpg