Un petit tour en Islande

En juin, je suis partie en Islande avec une amie, en quête d’elfes, de glaciers, de trolls, de chutes d’eau, d’icebergs, et de vikings. Voilà quelques photos, avant de mettre cette aventure en pause, pour cause de rédaction d’une thèse ! A bientôt j’espère !

Blue Lagoon :
2014-06-18 19.53.42

Face à Reykjavik :
DSCN1601

Skógafoss :
DSC01718

DSCN1612

Jökulsárlón :
DSCN1639

DSCN1645

Plage de Vík :
DSCN1653

Le soleil de minuit :
DSCN1667

Au parc national de Þingvellir :
DSCN1682

Un doux pays

Quelques mots sur le Cambodge, le dernier pays que j’ai pu visiter avant de rentrer à la maison (bon, il faut compter 4 jours à Bangkok avant de prendre l’avion, mais avec ça, on ne va pas dire que j’ai vu la Thaïlande). J’ai beaucoup aimé traverser ses paysages et ses villes, ce pays aux habitants si souriants et à l’histoire si triste.

À Phnom Penh, j’ai alterné mes promenades entre marchés et temples, accompagnée d’une hollandaise qui terminait son voyage au long cours, avec qui j’ai partagé quelques sauterelles grillées… Étonnamment bonnes !

DSCN0967

DSCN0970

DSCN1012

DSCN1035

À Siem Reap, j’ai parcouru le site d’Angkor, immense, et découvert une dizaine de temples parmi les centaines qui s’y trouvent. Et j’y ai rencontré Sab, avec qui je suis finalement restée toute la durée de mon séjour.

DSCN1242

DSCN1212

DSCN1206

DSCN1142

DSCN1092

DSCN1069

DSCN1059

À Sihanoukville et à Koh Rong, nous avons profité des superbes plages, des jus de mangue, et des spécialités locales. Et nous avons dansé sous la pluie battante avec les habitants de l’île à l’occasion d’une fête dont j’ai oublié le nom …

DSCN1275

DSCN1282

De retour dans la capitale, nous nous sommes rendues aux « killing fields », un des multiples centres d’extermination dans lesquels les khmers rouges envoyaient les opposants au régime durant la guerre civile. C’était dur. On se rend compte que les habitants remontent encore la pente aujourd’hui. Le pays est pauvre, et tous ont dû perdre des membres de leur famille dans cette guerre (durant laquelle un quart de la population du Cambodge a disparu). Malgré tout, l’accueil est chaleureux, et les gens, très ouverts.

C’était une très belle façon de terminer ce périple. Je ne regrette en aucun cas ce choix !