Intervention 3 : Les deux séances

Séance 1 :
Date : mercredi 26 septembre 2012
Lieu : Alliance française, La Paz, Bolivie
Niveau : 1e et 2ème années de français
Nombre d’élèves : 28
Durée : 1h30
Mythe raconté : l’histoire de Dédale
Nombre d’histoires récoltées : 8

Séance 2 :
Date : jeudi 27 septembre 2012
Lieu : Alliance française, La Paz, Bolivie
Niveau : 3e et 4e années de français
Nombre d’élèves : entre 15 et 20
Durée : 1h30
Mythe raconté : la fondation de Rome
Nombre d’histoires récoltées : 6

Il y a trois semaines, nous avons réussi à prendre contact avec l’Alliance française de La Paz : très rapidement, nous nous sommes mis d’accord sur deux dates, mercredi et jeudi, pour intervenir avec deux groupes différents. La rapidité de leur réaction et leur intérêt nous ont beaucoup touchées. Le groupe de mercredi était composé de trois classes de débutants (les élèves avaient environ 12 / 13 ans), tandis que jeudi, nous travaillions avec des élèves plus avancés en français, et donc plus âgés. À l’origine, le projet ne vise pas des ados, mais cela a été très intéressant de voir de quelle manière nous pouvions nous adapter à ce nouveau public.

Prenons les choses dans l’ordre : la séance de mercredi, avec nos 28 élèves en début d’apprentissage du français. Au premier abord, ceux-ci nous paraissent beaucoup plus timides que les élèves de Paraná. Moins dissipés, pour sûr, mais plus difficiles à faire parler ! Enfin, heureusement pour nous, les langues se sont peu à peu déliées. Nous avons fait le choix de présenter la séance en français (en étant prêtes à passer à l’espagnol si besoin – ce qui n’a pas eu lieu), et ils m’ont eu l’air d’avoir bien compris notre introduction et la portée de cette « leçon ». En revanche, cela a été un peu moins facile pour suivre le mythe : nous avions choisi l’histoire complète de Dédale, qui se poursuit bien après la mort d’Icare. Nous l’avions adaptée de façon à ce qu’ils puissent comprendre l’intrigue, mais nous nous sommes rendues compte sur le fait que la fin n’était pas si aisée à intégrer, avec le défi lancé par Minos, et le duel entre les rois de Sicile et de Crête. Mais nous pouvions compter sur le dessin et sur les talents de conteuse et de mime d’Erika, et finalement, nous nous en sommes sorties.
Nous avons tenté d’entamer une discussion afin de savoir ce qu’ils avaient compris, s’ils avaient des questions ou si l’histoire leur avait plu, mais nos questions sont restées en suspend : ils étaient encore un peu intimidés ! Un des professeurs nous a d’ailleurs à cette occasion donné quelques conseils (plus que bienvenus, afin d’améliorer nos interventions), que nous suivront sûrement à l’avenir face à un tel groupe : nous arrêter au cours du récit pour vérifier que les élèves comprennent bien l’avancée de l’histoire ; les faire discuter en petits groupes avant de les faire participer à haute voix pour qu’ils aient plus confiance … Nous nous en souviendrons !
Enfin, quand ce fut à leur tour de participer, nous avons dû faire face à encore quelques petites réticences, mais le travail en groupe à motiver les plus timides ! Petit à petit, chaque groupe a trouvé le récit qu’il souhaitait raconter, et même s’est finalement mis à l’illustrer (sur le tableau parfois). La plupart d’entre eux se sont appliqués à le rédiger en français (avec l’aide de leur professeur … Ils se cachaient quand nous nous approchions !). Puis chaque groupe est finalement passé face à la classe, à la suite d’une jeune fille qui nous a raconté une belle histoire qu’elle tenait de sa famille. Nous avons entendu un grand nombre d’histoires locales (beaucoup plus qu’en Argentine), que nous partagerons dans un autre article, promis !

Quant à la séance de jeudi, nous ne savions pas vraiment comment l’appréhender : le groupe était plus avancé en français, certes, mais aussi plus âgé. Ils avaient jusqu’à 15 ans. Nous avons ainsi eu moins de problème de compréhension, mais il était plus difficile de les intéresser. À 15 ans, on ne pense pas particulièrement aux contes et légendes, non ? Et effectivement, la dynamique était bien différente. Mais là encore, après un bon moment de silence (encore plus long que la veille), tous se sont prêtés au jeu, et ont finalement participé avec entrain.
Nous avions choisi le mythe de la fondation de Rome, pour l’intérêt historique qu’il présente, mais aussi pour la beauté du récit. Nous avons répondu à quelques petites questions, toujours timides, avant qu’ils ne se mettent en groupes et partagent avec nous leurs récits, en français. Nous avons eu 2 versions d’une histoire intitulé « la Croix Verte », et une nouvelle version de la légende du pont de Potosi, que nous avions entendue la veille. C’est très intéressant d’entendre deux groupes raconter la même histoire, car finalement, chacun le restitue de manière personnelle. Là encore, dans un prochain article, nous les diffuserons ici, avec les quelques dessins récoltés : certaines histoires nous ont paru vraiment inédites, tandis que d’autres ressemblent à des récits que nous connaissons. Vous verrez !

À très bientôt, pour les divers récits, et sûrement un compte rendu de la fin de nos pérégrinations en Bolivie (ah oui, là, on est à Cuzco, Pérou !) !

Intervention 1 : Orphée, la vidéo

Voici la vidéo du récit du mythe d’Orphée et Eurydice. Nous avons les autorisations pour diffuser celles où les enfants nous racontent leurs histoires, elles arriveront bientôt.

Si vous voulez voir comment je me suis lancée (pas du tout paniquée, non, non) dans le récit, cliquez ici !

Intervention 1 : Orphée et Eurydice

Comme promis, le mythe que nous avons raconté aux CM2, écrit par Erika, et illustré par Erika et Janyce. Bientôt, j’espère, la vidéo !

_____

l était une fois un merveilleux musicien du nom d’ Orphée. Il était le fils du roi de Thrace, Éagre, et de la muse Calliope. Ce fut Apollon, le dieu de la lumière et de la poésie, qui lui fit don d’une lyre en or, tandis que les Muses lui apprirent à en jouer.

Lire la suite

Intervention n° 1 : introduction.

Date : 5 Juin 2012
Lieu : Ecole Jean Monnet, Saint Romain le Puy, Loire
Niveau : CM2
Nombre d’élèves : 21
Durée : 1h45
Mythe raconté : Orphée et Eurydice
Nombre d’histoires récoltées : 13

Et voilà, notre première intervention en classe complète est passée, et s’est bien passée. Il faut bien avouer qu’avant cette séance, le stress était quand même bien présent. D’abord, parce que c’était la première fois que nous allions nous retrouver dans le cadre scolaire, face à une classe : nous savions que ce projet intéressait effectivement les enfants, mais quelques doutes subsistaient. Avons-nous choisi la bonne histoire ? Vais-je être capable de raconter une histoire ? Vont-ils être contents de participer ? Avons-nous bien calculé la durée de la séance ? Tant de questions sans réponse, tant que nous ne nous étions pas jetées à l’eau (non, je n’emploierai tout de même pas « avant de se jeter dans la cage aux lions »). Et puis, aussi, cette séance s’est déroulée dans le village où j’ai grandi, dans mon école primaire, dans la classe de mon institutrice de CM1. Pression ! Donc, oui, avant l’intervention, je ne faisais pas franchement la fière … Mais en même temps, nous étions très pressée de rencontrer les enfants, de découvrir leurs réactions, de partager avec eux ces quelques instants de dessins et de récits ! Et c’est ainsi que nous sommes parties à l’école, Erika derrière la caméra, et Janyce devant (oui, pression !).

Lire la suite

Lucrèce, De la nature, et archaïsmes.

Petite pause au milieu des articles consacrés à notre voyage, avant de découvrir les vastes étendues que nous parcourrons en Asie et en Afrique. Je dois vous avouer, je n’ai pas encore eu le temps de préparer les cartes !

En attendant, je voudrais vous rappeler que l’association que nous avons créée en Janvier dernier n’a pas pour unique objectif ce projet et ce voyage, mais plus largement d’assurer la promotion des études classiques et de la recherche dans les différents domaines touchant à l’Antiquité. La fin de notre Master de Lettres Classiques (Linguistique latine pour moi, Etruscologie pour Erika) approche à grands pas, et Andrew, de l’autre côté de l’Atlantique, obtiendra dans quelques semaines son B.A., majeure « Classics ».

Donc, je voulais vous faire savoir que je mets librement à votre disposition, si le sujet vous intéresse ou vous semble utile, mon travail de première année de Master (celui de cette année n’est pas tout à fait terminé … la soutenance est en Juin !), dont le thème était l’étude des archaïsmes dans le livre III du De Rerum Natura de Lucrèce. Vous pouvez trouver la table des matières ici, et si vous souhaitez lire l’étude complète, il vous suffit de nous contacter par mail : thethreeballadeers[@]gmail.com
Je vous l’enverrai avec plaisir !

Dans quelques jours, préparez-vous à découvrir le Cambodge avec nous !

L’Association Internationale des Aèdes Voyageurs

Et voilà, aujourd’hui était le jour de l’assemblée constitutive de notre association, les Aèdes Voyageurs. Elle a pour objet générale l’étude et la promotion des cultures antiques, que nous souhaitons mettre en valeur à travers notre projet. L’association nous aidera grandement dans sa réalisation, je pense. En tout cas, nous sommes très heureux d’avoir franchi le pas, et la réunion d’aujourd’hui s’est faite dans la bonne humeur et l’enthousiasme ! Nous ne pouvons que regretter l’absence d’Andrew, qui est toujours de l’autre côté de l’océan Atlantique.

Maintenant que le dossier a été envoyé, nous n’avons plus qu’à attendre la réponse de la préfecture et tout sera prêt pour de nouvelles aventures. Aussi, bienvenue, et merci, à Corinne et Lucie, qui ont eu la gentillesse d’accepter de nous aider dans l’administration de l’association !

Allez, quelques photos, prises au moment de la signature du procès verbal pour les présentations :
Janyce, notre présidente enthousiaste

Erika, notre trésorière enjouée

Avant de retourner écrire le mythe d’Ariane devant Batman, je voudrais vous rappeler que vous pouvez toujours venir supporter notre projet sur Ulule : déjà 18 d’entre vous nous soutiennent et recevront nos présents ! Nous en sommes à 66 %, et il reste 14 jours pour atteindre les 1000 euros. Nous comptons sur vous, quoi que vous puissiez nous apporter, petite contribution ou publicité !