Mythes, des mots et des images

Pendant que la vaillante Janyce présentait un florilège de merveilleux mythes du monde récoltés pendant notre voyage, j’ai survécu à mon premier mois en tant qu’animatrice d’ateliers de mythologie dans deux écoles parisiennes aux milieux sociaux très différents, l’une dans le 18e, l’autre dans le 16e arrondissement.

Si quelques rares élèves sont déjà des passionnés de mythologie, en général, j’ai dû attirer les sceptiques et les récalcitrants en leur présentant des histoires croustillantes, pleines d’aventures, de sang, da pathos, comme celle de la Méduse et Persée (« Non, les enfants, ce n’est pas Percy Jackson… »), de Prométhée Enchaîné, d’Ulysse et Polyphème ou encore du rapt de Proserpine, du Minotaure ou du Sphinx, avec en prime une charmante croisière dans les Enfers avec Charon.  Des magnifiques tableaux des Préraphaélites et de Caravaggio ou Rubens, Bouguereau et tant d’autres artistes géniaux illustrent si bien les histoires et passionnent les enfants à tel point qu’ils vont bientôt connaître le Louvre comme leurs poches.

Rien de tel qu’un aigle vous dévorant le foie pour aiguiller la curiosité

Accepting candies from strangers can be very dangerous

Accepting candies from strangers can be very dangerous…

La boîte piégée de Pandore

Pandore était bien curieuse de connaître la surprise cachée dans son Happy Meal…

Can't get you out of my head, Medusa

Can’t get you out of my head, Medusa

Souvent, la nudité des dieux et héros grecs a choqué mes jeunes et candides disciples et nous avons eu des débats passionnés sur la beauté, la bêtise de Midas ou l’apparente stupidité de Zeus (le roi des Dieux ne craint rien, pas même le ridicule). Parfois, aussi, nous avons comparé des mythes égyptiens, grecs et chrétiens (Zeus est souvent confondu avec Jésus Christ, tandis que Héra devient la Vierge Marie) ou regardé des adaptations de mythes en dessin animé : par exemple, le très drôle Midas – the Golden Touch de Disney ou l’émouvant Thought Of You, de Ryan Woodward, qui me rappelle Orphée et Eurydice (click and enjoy!). Sans oublier les très kitsch et fabuleuses séries de Sam Raimi, Hercules et Xéna la Princesse Guerrière (je commence toujours mes cours avec un cri de guerre)!

Allez voir cette magnifique exposition au Musée d'Orsay!

Allez voir cette magnifique exposition au Musée d’Orsay!

désirs et volupté

Et celle-ci aussi!

Les remarques des enfants se révèlent stimulantes et perspicaces, souvent très espiègles.

Différents mythes grecs racontent la naissance de l’humanité, mais celui qui a le plus soulevé de questions auprès des enfants reste l’histoire tragique de Prométhée, Épiméthée et Pandore, où l’homme apparaît bien fragile et démuni, si ce n’est pour l’étincelle d’intelligence divine et le feu sacré volé aux Immortels qui illuminent son destin obscur… et il n’est pas toujours facile d’apporter des réponses satisfaisantes à des interrogations de ce genre, surtout lorsque des yeux avides de connaissance vous dardent et vous défient :

« Mais pourquoi les dieux ont-ils permis à l’humanité d’avoir des enfants, si elle était si fragile? » – « C’est en créant la femme, que Zeus rendit l’homme plus fort? », « Pourquoi l’homme doit-il souffrir? »

Difficile, très difficile d’accepter que l’homme soit une créature fragile, nue et en proie aux caprices du destin et de dieux insouciants :

« Même si l’homme est fragile et nu, même s’il n’a pas de griffes ou de crocs pour se défendre, il a l’intelligence et le feu pour vaincre les ténèbres de la nuit et de l’ignorance, et même s’il doit souffrir et mourir, la vie vaut toujours la peine d’être vécue, aux mieux de nos possibilités. Parfois, nous pouvons même allez au-delà de la mort, comme Orphée. Et ce n’est pas magnifique, d’arriver si loin, en partant de si peu? Regardez ce que l’homme peut faire aujourd’hui! »

Leurs yeux se sont illuminés : « Alors, nous aussi, nous pouvons devenir des dieux? »

La suite au prochain épisode.

En attendant, si vous avez un peu de temps, les contes et légendes se mettent en scène dans les Hauts-de-Seine pour le mois d’octobre! Je vous y attendrai pour discuter de mythologie et bien d’autres choses!

Qu’Athéna soit avec vous!

Oyez, oyez! Venez voir les troubadours dans les Hauts-de-Seine!

Oyez, oyez! Venez voir les troubadours dans les Hauts-de-Seine!

Publicités

Contes et jardin

Vous allez vous dire qu’au niveau réactivité, ce n’est pas tout à fait ça ici … Mais je dois avouer que le mois de Septembre a été bien rempli, et plutôt chaotique (dans le bon sens du terme, s’il est possible d’en trouver un).

Revenons deux semaines en arrière, pour les Journées du Patrimoine. Comme je vous l’avais annoncé, j’ai été invitée par les Jardiniers de Maubec à venir narrer des contes du monde au Clos d’Hildegarde, le jardin médiéval de Saint Romain le Puy, le Dimanche 15 Septembre à 15h00. Et c’est donc sous un ciel menaçant, parmi les épouvantails effrayants peuplant le jardin, qu’un public relativement nombreux s’est réuni pour écouter des mythes d’ici et d’ailleurs.

2013-09-27 16.17.36

J’avais choisi quatre récits en rapport avec la nature … On va dire que le jardin était une belle source d’inspiration ! C’est ainsi que j’ai illustré et raconté les mythes de la pomme de terre et de la Kantuta, venus des Andes, ainsi que l’histoire de Sina et l’anguille, qui explique la naissance du cocotier dans les îles du Pacifique. Après ça, une courte pause, pour me permettre de respirer et de boire un coup, et pour laisser aux gens le plaisir de se promener dans le très beau jardin.

2013-09-15 16.05.38-2

Pour clore la séance de contes, j’avais choisi un mythe antique que j’apprécie beaucoup, celui de Proserpine, tel qu’Ovide l’a narré dans ses Métamorphoses. A la veille de l’Automne, il me semblait opportun de faire connaître l’origine légendaire des saisons, et de partager le chagrin de Cérès.

2013-09-15 14.54.18

Je ne savais pas que ce ne serait finalement pas la dernière histoire que je raconterais. A la demande générale, j’ai choisi un dernier mythe, celui de Maui, expliquant la naissance de la Nouvelle-Zélande, qui a lui aussi beaucoup plu.

Ce fut un très bel après-midi, surtout que la pluie nous a épargné juste assez longtemps pour me laisser le temps de terminer ! A refaire, si l’occasion se présente.

2013-09-23 12.46.32

Je vous parlerai bientôt de l’exposition et des rencontres avec les classes de l’école primaire et du collège de Saint Romain, là encore une très belle expérience. Mais tout d’abord, je dors un peu, et je retourne en cours !

Contes du monde au Clos d’Hildegarde

Vous êtes dans la Loire ou ses environs ce week-end ? Vous ne savez pas quoi faire dimanche après-midi ? Eh bien venez à Saint Romain le Puy, pour faire un tour au clos d’Hildegarde, le jardin médiéval, et visiter le prieuré ! Je raconterai quelques mythes et légendes à 15h00 au jardin.

À bientôt, pour quelques nouvelles concernant l’exposition, qui aura lieu dans une dizaine de jours !

Un an déjà …

Oui, il y a un an, nous décollions pour une belle aventure… C’est le bon jour, maintenant que les dates sont approuvées, pour vous présenter l’affiche de l’exposition retraçant ce périple.

affiche

J’ai hâte de rencontrer les élèves de l’école et les autres visiteurs pour partager avec eux tout ce que j’ai pu apprendre au cours du voyage.

Kumara.

Vous souvenez-vous de la legende de l’origine de la pomme de terre que nous avons entendue a La Paz ? Pour vous rafraichir la memoire, la voici :

Un peuple pacifique des Andes fut un jour envahi par les belliqueux Karis, et tous les habitants furent reduits en esclavage. Un jeune homme nomme Choque, qui refusait de voir son peuple ainsi traite, appela les dieux a l’aide. Ceux-ci lui indiquerent qu’il devait escalader une haute montagne a proximite, s’il voulait les sauver. Il se mit alors en route, et au sommet, il rencontra un immense condor blanc, Wiracocha. Celui-ci lui offrit des graines, et lui expliqua comment les planter, et s’en nourrir : uniquement les racines de la plante pouvaient etre mangees. Choque retourna dans son village,et fit ce que le condor lui avait dit. Lorsque les Karis decouvrirent ces plantations, ils les confisquerent, firent un festin des tiges, des feuilles et des fleurs de ces plantes inconnues et ne laisserent que les racines. Ils ignoraient completement qu’ils venaient de s’empoisonner. Tous moururent, et c’est ainsi que le peuple de Choque fut de nouveau libre, et prospera encore plus grace a la nourriture abondante apportee par les racines de la plante du condor. C’est ainsi que la culture de la pomme de terre debuta.

 

Eh bien il semble que les Maoris ont aussi un mythe expliquant l’origine d’un de leurs aliments de base, la kumara, une sorte de patate douce. Selon la legende, le dieu Rongo-Maui se serait envole dans le ciel pour aller a la rencontre de son frere Wahnui, gardien de cette plante divine. Rongo-Maui la lui deroba, la cacha dans ses vetements et retourna sur terre pour y retrouver son epouse, Pani. Peu de temps apres, celle-ci tomba enceinte, et un jour, elle donna naissance a Kumara. C’est ainsi que la patate douce, si importante pour les peuples du Pacifique, fut offerte aux hommes.  

Quand on y pense, cette histoire rappelle celle de Promethee donnant le feu aux hommes, non ?

_____

Desolee, je suis sur un ordinateur sans accent, ni correcteur orthographique en francais…

Aotearoa

Cela fait un moment que je suis a Christchurch. Il serait peut-etre temps que je vous raconte la legende expliquant la naissance des iles formant la Nouvelle-Zelande, non ? Voyons donc ce qu’en disent les Maoris !

« Oh the great fish hook of Maui!
Manai-i-ka-lani ‘Made fast to the heavens’–its name;
An earth-twisted cord ties the hook.
Engulfed from the lofty Kauiki.
Its bait the red billed Alae,
The bird made sacred to Hina.
It sinks far down to Hawaii,
Struggling and painfully dying.
Caught is the land under the water,
Floated up, up to the surface,
But Hina hid a wing of the bird
And broke the land under the water.
Below, was the bait snatched away
And eaten at once -by the fishes,
The Ulua of the deep muddy places. »

–Chant of Kualii, about A. D. 1700.

Il y a fort longtemps, quelque part dans le Pacifique, vivait un demi-dieu nomme Maui. Pour nourrir les siens, maui et ses freres partaient souvent en mer sur leur canoe (waka) pour pecher. Maui n’etait pas un bon pecheur. Mais il etait ruse. Il parvenait toujours a subtiliser les poissons au bout des lignes de ses freres. Un jour, ceux-ci finirent par s’en rendre compte, et deciderent de se venger : ils l’empecherent de venir pecher a leurs cotes. Maui alla alors demander de l’aide aupres de sa mere, et celle-ci lui fournit un hamecon magique. Maui se cacha dans le canoe de ses freres, et lorsque ceux-ci le decouvrirent, ils se trouvaient trop loin du rivage pour le ramener : grace a ses pouvoirs – Maui etait un demi-dieu, ne l’oublions pas, il avait fait en sorte que l’ile paraisse plus eloignee qu’elle ne l’etait en realite. Alors ils continuerent a pagayer, et Maui plongea son hamecon magique en pleine mer, du bord du canoe. Apres quelques minutes, il sentit qu’il avait une touche. Mais ce n’etait pas une prise ordinaire. Ce poisson etait bien plus gros et bien plus puissant que tous ceux jamais peches dans ces eaux. Maui appela ses freres a l’aide ! Apres de longues minutes a tirer, a tirer, ils reussirent a sortir la bete de l’eau. Et a leur grande surprise, ce poisson, Te Ika a Maui (le poisson de Maui), etait une ile. Maui venait de sortir l’ile du nord de l’ocean. Il craignit alors d’avoir offense les dieux par ce geste, donc il demanda a ses freres de l’attendre pendant qu’il tentait de les apaiser. Cependant, durant l’absence de Maui, les freres commencerent a se disputer cette nouvelle terre : chacun desirait la posseder. Au cours de cette dispute, ils sortirent leurs lances, et les coups portes sur l’ile creerent les vallees et montagnes de la Nouvelle-Zelande.

map-nz

Si l’on regarde une carte de la Nouvelle-Zelande, on peut ainsi se rendre compte que l’ile du nord a la forme d’une raie, le poisson peche par Maui, et que l’ile du sud, Te Waka a Maui ressemble a un canoe, celui des freres de Maui. Enfin Stewart island, petite ile tout au sud, est connue comme Te Punga a Maui (l’ancre de Maui), car c’est grace a elle que le canoe ne s’est pas renverse.

***

Et si vous vous demandez ce que signifie Aotearoa, c’est le nom maori de la Nouvelle-Zelande. Selon la legende, Kupe, un navigateur venu de Hawaiiki, terre des Maoris, aurait tue son cousin car il desirait son epouse. Il etait lui-meme marie, et pour echapper au chatiment qui lui etait reserve suite a ce crime, sa famille et lui-meme durent fuir leur ile. Apres des jours a ramer, ils decouvrirent une ile magnifique, que Hina, l’epouse de Kupe, nomma Aotearoa, la Terre du Long Nuage Blanc. Apres diverses aventures et l’exploration des multiples iles, Kupe retourna a Hawaiiki pour avertir son peuple de l’existence de cette terre riche et libre, et leur expliquer le chemin pour s’y rendre.

_____

Desolee, je suis sur un ordinateur sans accent, ni correcteur orthographique en francais…

Un bout de Pacifique

Et si on allait voir ce qui se raconte ailleurs pour un instant ? Pendant qu’Erika partage d’etonnants recits venus d’Asie sur le blog anglais (ici, ou la, ou la aussi), je me suis dit que vous seriez peut-etre interesses par quelques histoires venues tout droit des iles Samoa. Ce sont les enfants de l’ecole de Richmond Road a Auckland qui nous ont fait decouvrir ces beaux contes du Pacifique.

Sina ma le Tuna (Sina et l’anguille)

P1070522

Il y a fort longtemps, sur l’ile de Savai’i, vivait une petite fille nommee Sina qui avait une anguille pour animal de compagnie. L’animal habitait dans l’ocean, et tous les jours, la petite fille venait lui rendre visite, lui apporter a manger et jouer avec lui. Le temps passa ainsi, et un jour, l’anguille finit par tomber amoureux d’elle, et le lui avoua. Sina prit peur – car qui voudrait d’une anguille pour epoux ? – et s’enfuit. Ou qu’elle aille, l’anguille la suivait, et toujours l’aimait. Elle trouva refuge dans un village, et pensa s’etre enfin debarrassee de l’animal. Un matin, rassuree, elle se rendit a la source pour prendre de l’eau. Mais lorsqu’elle se pencha pour plonger son seau dans l’eau, que vit-elle ? Ce n’etait pas son reflet, mais bien l’anguille qui la regardait. Enervee, Sina se mit a crier : « Tu me regardes et tu as les yeux d’un demon ! ». Alors les hommes du village accourrurent pour l’aider. L’un d’eux, muni d’un grand couteau, trancha la tete de l’anguille. Avant de mourir, cependant, il eut le temps de dire a Sina d’enfouir sa tete dans le sol. La jeune fille l’enterra donc, et de celle-ci naquit un cocotier. Un fois que l’arbre porta des fruits, Sina cueillit une noix de coco, don de l’anguille qui l’aimait, et en but le jus. Je ne sais pas si vous l’avez remarque, mais les trois marques sur une noix de coco ressemblent a la tete d’un poisson, avec deux yeux et une bouche, d’ou l’on peut boire le jus. Ainsi, a chaque fois que Sina se nourrit du lait d’un fruit, elle embrasse l’anguille.

Cette legende raconte donc la naissance du cocotier, cet arbre si important pour les peuple du Pacifique, aussi appele l’arbre de vie. En effet, tout comme l’anguille a parcouru l’ocean inlassablement a la poursuite de Sina, sans jamais se fatiguer, une noix de coco peut voguer des semaines dans l’eau salee, et germer une fois la terre ferme retrouvee.

Pour info, il existe une lagune appelee Mata o le Alelo, « les yeux du Demon », dans le village de Matavai, sur l’ile de Savai’i, ou Sina aurait vu l’anguille pour la derniere fois.

Sina et Tinilau

Il existe de nombreuses variantes dans tout le Pacifique du recit de la relation entre le puissant Tinilau, dieu gardien des poissons et la belle Sina (qui n’est pas la meme Sina que celle du recit precedent). En voici une version :

Un jour, Tinilau rencontra la belle Sina, et rapidement, de leur union, naquit un enfant. Alors, le dieu decida de l’epouser. Lors du banquet celebrant leurs noces, l’une des autres epouses de Tinilau mangea la totalite des poissons qui devaient etre servis. Or Tinilau en imputa la faute a sa jeune epouse, Sina. Il la bannit sur le champ, l’exilant dans la foret. Des qu’il apprit la nouvelle, Lupe, le frere de la jeune femme, s’envola immediatement pour la rejoindre, plongeant le pays dans les tenebres. Il lui apportait des tapis finement brodes en guise de cadeau de mariage. En voyant son frere, Sina se mit a se plaindre du sort injuste qui s’etait abattu sur elle et du mauvais traitement qu’elle avait subi. Elle lui demanda de l’emmener loin de la. Tinilau entendit sa plainte, se repentit, et decida de la recuperer. Il tua toutes ses autres epouses, et vint a la rencontre de Lupe pour lui presenter sa requete. Se rendant compte que de nombreux pretendants venaient dans la foret pour demander la main de Sina, le dieu devint fou de jalousie. Il finit par la convaincre de revenir a lui, pour le bien de leur fils.

Une autre version raconte qu’un jour, Sina et Tinilau partirent en mer pour pecher dans un canoe. Tres vite, Tinilau sentit qu’ils avaient une belle prise, et demanda a son epouse de stabilisier le bateau pendant qu’il essayait de remonter le poisson. Mais celui-ci etait bien trop fort, et Sina trop faible pour resister. Le poisson tira le canoe jusqu’au bord de l’ile, entre les villages de  Masefau et Masausi. L’embarcation echoua sur le recif, se metamorphosa en tortue, et Sina et Tinilau se noyerent dans les vagues. Alors que le poisson s’enfuit, ils furent transformes en rochers, que l’on peut encore voir aujourd’hui. On peut encore entendre Sina et Tinilau prier pour avoir la vie sauve, chaque fois qu’une vague frappe le rivage.

Les Tortues de Tinilau

Tinilau, le dieu gardien des poissons, se deplacait toujours sur le dos de deux tortues de mer. Un jour, il se rendit chez un de ses serviteurs, Ae, un Tongien. Celui-ci supplia le dieu de lui preter les deux tortues, car il desirait vivement visiter son ile natale. Le dieu accepta, a condition qu’il en prenne grand soin. Cependant, lorsqu’il parvint aux iles Tonga, Ae appela tous ses amis, et tous ensemble, ils tuerent et mangerent les tortues de Tinilau. Le dieu, ne le voyant pas revenir, finit par suspecter son serviteur. Et il craignait fortement que ses tortues avaient ete tuees. Ce malheur lui fut revele par la vision d’une vague de sang sur le rivage. Fou de rage, il fit appel aux dieux de la vengeance, et ceux-ci, une fois la nuit tombee, se rendirent sur les iles Tonga, se saisirent d’Ae profondement endormi, et le deposerent devant la porte de Tinilau. Au chant du coq, le Tongien se reveilla , et Tinilau, de l’autre cote de la porte, commenca a lui parler, sans reveler son identite. Ae ne se mefiait de rien, se croyant toujours chez lui. Et pour cela, il n’hesitait pas a insulter son maitre, le traitant de ‘cochon’, et revela son secret : lui et ses amis avaient bel et bien devore les deux tortues. Mais lorsque le soleil commenca a eclairer les environs, Ae se rendit compte de son erreur, reconnaissant la demeure de son maitre, et terrorise, resta paralyse. Tinilau, alors, ordonna qu’on le tue, et qu’on prepare ses restes pour le repas.

Les enfants ne nous ont pas raconte exactement cette histoire concernant les tortues … Leur version, qu’ils ont nomme Lomi ma Lami, raconte comment deux tortues (peut-etre differentes de ces deux-la) ont reussi a s’enfuir sur un arc-en-ciel. le livre dont cette histoire est tiree s’appelle O le nuanua na leiloa

P1070517

_____

Desolee, je suis sur un ordinateur sans accent, ni correcteur orthographique en francais…