Bon, bon, bon …

Cela fait de longs mois que le site n’a pas été mis à jour … Je devrais avoir honte ! Mais le retour à la vie parisienne n’aura pas été de tout repos. J’avais tellement peur de m’ennuyer en rentrant que je me suis lancée dans une multitude d’activités : retour sur les bancs de la fac, stage de prof de FLE, ateliers d’arts plastiques en maison d’arrêt, une création de dossier de thèse (et maintenant une thèse à écrire) … Bref, tout cela m’a légèrement éloignée des mythes et légendes. J’aimerais beaucoup revenir faire vivre ce site et notre association, que j’ai dû laisser un peu en plan pour réussir à gérer mon année. Je réfléchis à un moyen de faire ça bien !

En attendant, dans les prochains articles, je vais enfin partager ce que j’avais créé et mis en place pour l’exposition de septembre dernier à Saint Romain le Puy. J’espère que cela vous plaira.

A bientôt !

Janyce

Mythes, des mots et des images

Pendant que la vaillante Janyce présentait un florilège de merveilleux mythes du monde récoltés pendant notre voyage, j’ai survécu à mon premier mois en tant qu’animatrice d’ateliers de mythologie dans deux écoles parisiennes aux milieux sociaux très différents, l’une dans le 18e, l’autre dans le 16e arrondissement.

Si quelques rares élèves sont déjà des passionnés de mythologie, en général, j’ai dû attirer les sceptiques et les récalcitrants en leur présentant des histoires croustillantes, pleines d’aventures, de sang, da pathos, comme celle de la Méduse et Persée (« Non, les enfants, ce n’est pas Percy Jackson… »), de Prométhée Enchaîné, d’Ulysse et Polyphème ou encore du rapt de Proserpine, du Minotaure ou du Sphinx, avec en prime une charmante croisière dans les Enfers avec Charon.  Des magnifiques tableaux des Préraphaélites et de Caravaggio ou Rubens, Bouguereau et tant d’autres artistes géniaux illustrent si bien les histoires et passionnent les enfants à tel point qu’ils vont bientôt connaître le Louvre comme leurs poches.

Rien de tel qu’un aigle vous dévorant le foie pour aiguiller la curiosité

Accepting candies from strangers can be very dangerous

Accepting candies from strangers can be very dangerous…

La boîte piégée de Pandore

Pandore était bien curieuse de connaître la surprise cachée dans son Happy Meal…

Can't get you out of my head, Medusa

Can’t get you out of my head, Medusa

Souvent, la nudité des dieux et héros grecs a choqué mes jeunes et candides disciples et nous avons eu des débats passionnés sur la beauté, la bêtise de Midas ou l’apparente stupidité de Zeus (le roi des Dieux ne craint rien, pas même le ridicule). Parfois, aussi, nous avons comparé des mythes égyptiens, grecs et chrétiens (Zeus est souvent confondu avec Jésus Christ, tandis que Héra devient la Vierge Marie) ou regardé des adaptations de mythes en dessin animé : par exemple, le très drôle Midas – the Golden Touch de Disney ou l’émouvant Thought Of You, de Ryan Woodward, qui me rappelle Orphée et Eurydice (click and enjoy!). Sans oublier les très kitsch et fabuleuses séries de Sam Raimi, Hercules et Xéna la Princesse Guerrière (je commence toujours mes cours avec un cri de guerre)!

Allez voir cette magnifique exposition au Musée d'Orsay!

Allez voir cette magnifique exposition au Musée d’Orsay!

désirs et volupté

Et celle-ci aussi!

Les remarques des enfants se révèlent stimulantes et perspicaces, souvent très espiègles.

Différents mythes grecs racontent la naissance de l’humanité, mais celui qui a le plus soulevé de questions auprès des enfants reste l’histoire tragique de Prométhée, Épiméthée et Pandore, où l’homme apparaît bien fragile et démuni, si ce n’est pour l’étincelle d’intelligence divine et le feu sacré volé aux Immortels qui illuminent son destin obscur… et il n’est pas toujours facile d’apporter des réponses satisfaisantes à des interrogations de ce genre, surtout lorsque des yeux avides de connaissance vous dardent et vous défient :

« Mais pourquoi les dieux ont-ils permis à l’humanité d’avoir des enfants, si elle était si fragile? » – « C’est en créant la femme, que Zeus rendit l’homme plus fort? », « Pourquoi l’homme doit-il souffrir? »

Difficile, très difficile d’accepter que l’homme soit une créature fragile, nue et en proie aux caprices du destin et de dieux insouciants :

« Même si l’homme est fragile et nu, même s’il n’a pas de griffes ou de crocs pour se défendre, il a l’intelligence et le feu pour vaincre les ténèbres de la nuit et de l’ignorance, et même s’il doit souffrir et mourir, la vie vaut toujours la peine d’être vécue, aux mieux de nos possibilités. Parfois, nous pouvons même allez au-delà de la mort, comme Orphée. Et ce n’est pas magnifique, d’arriver si loin, en partant de si peu? Regardez ce que l’homme peut faire aujourd’hui! »

Leurs yeux se sont illuminés : « Alors, nous aussi, nous pouvons devenir des dieux? »

La suite au prochain épisode.

En attendant, si vous avez un peu de temps, les contes et légendes se mettent en scène dans les Hauts-de-Seine pour le mois d’octobre! Je vous y attendrai pour discuter de mythologie et bien d’autres choses!

Qu’Athéna soit avec vous!

Oyez, oyez! Venez voir les troubadours dans les Hauts-de-Seine!

Oyez, oyez! Venez voir les troubadours dans les Hauts-de-Seine!

La suite.

Cela fait maintenant deux mois que nous sommes rentrées de notre périple… Difficile à croire ! Je ne vous ferai pas un bilan global du voyage, pas vraiment l’envie.

Mais sachez que nous continuons à travailler sur notre projet : nous réfléchissons au meilleur moyen de créer notre recueil de contes, et je prépare une exposition à la médiathèque de Saint Romain le Puy pour fin Septembre, où j’interviendrai auprès des classes de primaire de l’école municipale.

20130723-165940.jpg

Je n’arrêterai pas de raconter des mythes et légendes du monde entier non plus. D’ailleurs, je devrais conter quelques histoires mi-Septembre au Clos d’Hildegarde, le jardin médiéval de Saint Romain.

Projet 1.2

Petite info (mais bonne nouvelle) : le 5 juin, nous irons à la rencontre d’une classe de CM2 dans le village où j’ai grandi. Première expérience en classe complète ! Nous avons hâte de préparer cette séance, et de rencontrer les enfants. Et dans deux semaines, nous aurons beaucoup de choses à vous raconter et à vous montrer, j’en suis sûre.

Celui où on prépare un tour du monde.

Un jour, il y a déjà quelques années – ah, folle jeunesse !, j’ai annoncé à ma mère que je voulais prendre une année pour faire le tour du monde. Veto. Après le bac, prépa ! J’y suis restée deux semaines, mais c’est une autre histoire … Je n’ai pas sabordé mes études pour autant, mais cette idée de voyage trottait toujours dans ma petite tête. Je le ferai donc après mon master. Et nous y voilà : en Juin, j’aurai mon diplôme, en Août, je serai dans un avion, avec Erika, direction Buenos Aires !

Bon, je voulais voyager, d’accord, mais je ne comptais aller m’admirer les orteils sur toutes les plages du monde, même si c’est tentant. Soleil, palmiers, eau azurée, clichés … Et c’est un beau jour pluvieux de l’été 2010, seule, dans mon salon, devant un documentaire passionnant sur la pêche traditionnelle, que j’ai eu une révélation, ma petite illumination personnelle. Fiat lux ! Eureka – si vous préférez le grec ! J’irai raconter des mythes à des enfants, et eux me raconteront les leurs. Et ils les illustreront aussi, tant qu’à faire. Comme ça, à la fin du voyage, je ferai une anthologie des mythes du monde, illustrés par des enfants du monde entier. Et depuis ce jour, j’organise cette aventure, pour essayer 1) de ne pas mourir en route, 2) de ne pas me perdre en route, 3) de trouver des écoles et des gens intéressés, et 4) d’éviter que ma maman ne meure de panique.

Lire la suite

Premier essai

Le 3 mai 2011, grâce au soutien du département de Lettres Classiques de Bard College, NY, aux Etats-Unis, nous avons eu la possibilité de présenter notre projet aux membres de la Faculté et aux étudiants dans le cadre d’un « Bard Ancient Studies Symposium », série de conférences organisées par nos professeurs pour promouvoir les études classiques. Avec l’aide de nos professeurs, nous avons pu mettre en place notre présentation et trouver trois enfants, de cinq, sept et dix ans, enthousiastes à l’idée de prendre part dans une activité d’échange enrichissante. Nous avons donc tout d’abord expliqué aux 25 personnes présentes en quoi consiste notre projet et quels sont ses objectifs. Après cette présentation, nous avons mis en place, avec succès, notre premier échange de mythes et légendes avec les enfants.

Andrew a alors raconté le récit tiré de la mythologie grecque que nous avions sélectionné et qu’il avait préparé : les deux histoires de Midas. Nous avons accompagné la lecture de ce mythe captivant par des illustrations que nous avions dessinées afin d’offrir aux enfants et au public notre propre vision de ce mythe. Nous avions un dessin pour chacune des deux histoires, et quelques autres afin d’expliquer aux enfants les mots complexes ou spécifiques à l’Antiquité : un satyre, une lyre, une flûte de Pan …

Une fois la lecture terminée, et le secret du roi Midas révélé à tous, nous avons invité les enfants à choisir une histoire qu’ils connaissaient et souhaitaient raconter, et à l’illustrer, durant une vingtaine de minutes. Nous avons aussi proposé au public de participer à cette session artistique, et nous avons été très heureux de constater que tous ont accepté de retrouver leur âme d’enfant pour quelques instants.

À la fin de ces 20 minutes de création, nous avons demandé aux enfants de devenir à leur tour conteurs : et ils se sont plongés dans ce rôle sans appréhension et pleins enthousiasme. Le plus jeune, avec l’aide d’un adulte, avait choisi de nous conter un épisode de l’Odyssée d’Homère, avant de réciter un poème sur cette épopée.

La fillette de 7 ans nous a offert un récit vivant du mythe de Daphné et d’Apollon.

L’enfant le plus âgé a présenté une version inspirée de l’histoire d’Icare.

Ces trois récits étaient accompagnés de ces superbes dessins.

Comme le « Symposium » a eu lieu un soir de semaine, les enfants ont dû partir après leur participation éloquente, mais cela n’a pas marqué la fin de la soirée : certains membres du public ont alors pris le relais et se sont à leur tour lancés dans la narration des histoires qu’ils avaient illustrées. Cela a donné lieu à d’intéressantes interprétations de Cendrillon, du mythe de Phaeton, de quelques récits de fondations familiales, ou bien d’une histoire drôle venue d’Allemagne.

De tous les points de vue – le nôtre, celui des enfants et du public – nous pouvons affirmer que cette première tentative a été un succès, remplie de magnifiques illustrations et d’histoires passionnantes. Les résultats obtenus sont donc très encourageants pour le déroulement du voyage en lui-même. Prêts pour l’étape suivante ? Nous le sommes.

Il était une fois…

… trois étudiants qui partageaient un rêve : faire revivre les mythes et légendes du monde entier. Un jour, ils décidèrent de réaliser ce rêve, et ce projet fou naquit : faire le tour du monde, pour partager ces récits qu’ils aiment tant avec des enfants de tous horizons, et écouter ces conteurs nés leur raconter leurs propres histoires.
Dans ces pages, vous pourrez suivre les tribulations de ces trois aèdes voyageurs, et assister aux nombreuses rencontres qui jalonneront leur trajet. Bienvenue sur le journal de bord d’Erika, Andrew et Janyce !

Le voyage débutera en juillet 2012, mais les préparatifs de ce projet colossal seront en eux-mêmes une expédition. Nous vous tiendrons régulièrement informés de nos avancées, avant de vous embarquer avec nous pour de bon dans cette incroyable aventure.