Un bout de Pacifique

Et si on allait voir ce qui se raconte ailleurs pour un instant ? Pendant qu’Erika partage d’etonnants recits venus d’Asie sur le blog anglais (ici, ou la, ou la aussi), je me suis dit que vous seriez peut-etre interesses par quelques histoires venues tout droit des iles Samoa. Ce sont les enfants de l’ecole de Richmond Road a Auckland qui nous ont fait decouvrir ces beaux contes du Pacifique.

Sina ma le Tuna (Sina et l’anguille)

P1070522

Il y a fort longtemps, sur l’ile de Savai’i, vivait une petite fille nommee Sina qui avait une anguille pour animal de compagnie. L’animal habitait dans l’ocean, et tous les jours, la petite fille venait lui rendre visite, lui apporter a manger et jouer avec lui. Le temps passa ainsi, et un jour, l’anguille finit par tomber amoureux d’elle, et le lui avoua. Sina prit peur – car qui voudrait d’une anguille pour epoux ? – et s’enfuit. Ou qu’elle aille, l’anguille la suivait, et toujours l’aimait. Elle trouva refuge dans un village, et pensa s’etre enfin debarrassee de l’animal. Un matin, rassuree, elle se rendit a la source pour prendre de l’eau. Mais lorsqu’elle se pencha pour plonger son seau dans l’eau, que vit-elle ? Ce n’etait pas son reflet, mais bien l’anguille qui la regardait. Enervee, Sina se mit a crier : « Tu me regardes et tu as les yeux d’un demon ! ». Alors les hommes du village accourrurent pour l’aider. L’un d’eux, muni d’un grand couteau, trancha la tete de l’anguille. Avant de mourir, cependant, il eut le temps de dire a Sina d’enfouir sa tete dans le sol. La jeune fille l’enterra donc, et de celle-ci naquit un cocotier. Un fois que l’arbre porta des fruits, Sina cueillit une noix de coco, don de l’anguille qui l’aimait, et en but le jus. Je ne sais pas si vous l’avez remarque, mais les trois marques sur une noix de coco ressemblent a la tete d’un poisson, avec deux yeux et une bouche, d’ou l’on peut boire le jus. Ainsi, a chaque fois que Sina se nourrit du lait d’un fruit, elle embrasse l’anguille.

Cette legende raconte donc la naissance du cocotier, cet arbre si important pour les peuple du Pacifique, aussi appele l’arbre de vie. En effet, tout comme l’anguille a parcouru l’ocean inlassablement a la poursuite de Sina, sans jamais se fatiguer, une noix de coco peut voguer des semaines dans l’eau salee, et germer une fois la terre ferme retrouvee.

Pour info, il existe une lagune appelee Mata o le Alelo, « les yeux du Demon », dans le village de Matavai, sur l’ile de Savai’i, ou Sina aurait vu l’anguille pour la derniere fois.

Sina et Tinilau

Il existe de nombreuses variantes dans tout le Pacifique du recit de la relation entre le puissant Tinilau, dieu gardien des poissons et la belle Sina (qui n’est pas la meme Sina que celle du recit precedent). En voici une version :

Un jour, Tinilau rencontra la belle Sina, et rapidement, de leur union, naquit un enfant. Alors, le dieu decida de l’epouser. Lors du banquet celebrant leurs noces, l’une des autres epouses de Tinilau mangea la totalite des poissons qui devaient etre servis. Or Tinilau en imputa la faute a sa jeune epouse, Sina. Il la bannit sur le champ, l’exilant dans la foret. Des qu’il apprit la nouvelle, Lupe, le frere de la jeune femme, s’envola immediatement pour la rejoindre, plongeant le pays dans les tenebres. Il lui apportait des tapis finement brodes en guise de cadeau de mariage. En voyant son frere, Sina se mit a se plaindre du sort injuste qui s’etait abattu sur elle et du mauvais traitement qu’elle avait subi. Elle lui demanda de l’emmener loin de la. Tinilau entendit sa plainte, se repentit, et decida de la recuperer. Il tua toutes ses autres epouses, et vint a la rencontre de Lupe pour lui presenter sa requete. Se rendant compte que de nombreux pretendants venaient dans la foret pour demander la main de Sina, le dieu devint fou de jalousie. Il finit par la convaincre de revenir a lui, pour le bien de leur fils.

Une autre version raconte qu’un jour, Sina et Tinilau partirent en mer pour pecher dans un canoe. Tres vite, Tinilau sentit qu’ils avaient une belle prise, et demanda a son epouse de stabilisier le bateau pendant qu’il essayait de remonter le poisson. Mais celui-ci etait bien trop fort, et Sina trop faible pour resister. Le poisson tira le canoe jusqu’au bord de l’ile, entre les villages de  Masefau et Masausi. L’embarcation echoua sur le recif, se metamorphosa en tortue, et Sina et Tinilau se noyerent dans les vagues. Alors que le poisson s’enfuit, ils furent transformes en rochers, que l’on peut encore voir aujourd’hui. On peut encore entendre Sina et Tinilau prier pour avoir la vie sauve, chaque fois qu’une vague frappe le rivage.

Les Tortues de Tinilau

Tinilau, le dieu gardien des poissons, se deplacait toujours sur le dos de deux tortues de mer. Un jour, il se rendit chez un de ses serviteurs, Ae, un Tongien. Celui-ci supplia le dieu de lui preter les deux tortues, car il desirait vivement visiter son ile natale. Le dieu accepta, a condition qu’il en prenne grand soin. Cependant, lorsqu’il parvint aux iles Tonga, Ae appela tous ses amis, et tous ensemble, ils tuerent et mangerent les tortues de Tinilau. Le dieu, ne le voyant pas revenir, finit par suspecter son serviteur. Et il craignait fortement que ses tortues avaient ete tuees. Ce malheur lui fut revele par la vision d’une vague de sang sur le rivage. Fou de rage, il fit appel aux dieux de la vengeance, et ceux-ci, une fois la nuit tombee, se rendirent sur les iles Tonga, se saisirent d’Ae profondement endormi, et le deposerent devant la porte de Tinilau. Au chant du coq, le Tongien se reveilla , et Tinilau, de l’autre cote de la porte, commenca a lui parler, sans reveler son identite. Ae ne se mefiait de rien, se croyant toujours chez lui. Et pour cela, il n’hesitait pas a insulter son maitre, le traitant de ‘cochon’, et revela son secret : lui et ses amis avaient bel et bien devore les deux tortues. Mais lorsque le soleil commenca a eclairer les environs, Ae se rendit compte de son erreur, reconnaissant la demeure de son maitre, et terrorise, resta paralyse. Tinilau, alors, ordonna qu’on le tue, et qu’on prepare ses restes pour le repas.

Les enfants ne nous ont pas raconte exactement cette histoire concernant les tortues … Leur version, qu’ils ont nomme Lomi ma Lami, raconte comment deux tortues (peut-etre differentes de ces deux-la) ont reussi a s’enfuir sur un arc-en-ciel. le livre dont cette histoire est tiree s’appelle O le nuanua na leiloa

P1070517

_____

Desolee, je suis sur un ordinateur sans accent, ni correcteur orthographique en francais…

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s