Chili, hauts et bas*

*enfin, surtout des hauts !

Hola, hola!
Oui, je me la joue un peu, maintenant que je parviens à tenir une conversation complète en espagnol (fierté inside). Bon, je dois vous le dire tout de suite, ce n’est pas aussi simple ici : le chilien, ce n’est pas du castillan ! L’accent, le vocabulaire, la prononciation sont vraiment bizarres. Mais quand un chilien m’a dit : « but why am I talking to you in English? You speak Spanish! », je me suis dit que ces deux mois en Amérique du Sud avaient payé ! Bref, la parenthèse je-suis-trop-fière-de-moi peut se refermer.

Alors, nous sommes quand même au Chili depuis 17 jours, et je ne vous ai pas encore parlé des quelques endroits que nous avons visités jusqu’à aujourd’hui. Je profite donc d’un réveil à l’aube (bon, 8:03, comme tous les matins en réalité, j’ai l’impression d’avoir une horloge trop bien réglée dans la tête), alors que les 13 autres personnes de mon dortoir dorment encore, pour remédier à cela.

À Arica, où je vous ai laissés la dernière fois, nous n’avons pas fait grand chose, avouons-le franchement ! Mais nous étions là-bas pour nous reposer, donc, ça tombe bien. En gros, nous profitions du très bon petit déjeuner a l’auberge (Sunny Days, un peu chère, 14 €, mais très sympa) avant de marcher un peu jusqu’à la plage, pour y faire la sieste, avant de rentrer cuisiner un bon petit plat. Oui, au Chili, nous avons retrouvé des auberges avec cuisine à disposition, donc nous préparons nos repas de nouveau (et nous nous surpassons là !). C’est plutôt cher de manger dehors au Chili, donc nous préférons l’option courses-cuisine.
Pour ne pas perdre les bonnes habitudes, nous sommes tout de même montées sur le gros rocher au milieu de la ville pour pouvoir admirer la vue sur les alentours et sur le Pacifique.

Et dimanche 14 octobre, le plus long trajet de bus du voyage : 32 heures, direct vers Santiago. Le chemin était vraiment beau (la route coincée entre la montagne et l’océan entre Arica et Iquique est incroyable … Imaginez 300 bornes sans végétation, du sable à gauche, de l’eau à droite, et quelques villages de pêcheurs de temps en temps). Lundi, nous avons retrouvé des paysages beaucoup plus verts (adieu, désert !), et l’eau coulait de nouveau sous les ponts. Santiago nous a finalement bien plu : l’auberge Santiago Backpackers était bien sympa (on y retourne la semaine prochaine tiens !), le quartier tranquille, le parc très agréable, le coin de Bellavista vivant … Et nos interventions a l’école italienne géniales ! Après 4 jours dans la capitale, direction la côte, en compagnie d’un anglais, pour Valparaiso, la ville aux mille collines et aux murs peints. J’ai adoré m’y promener, à découvrir les graffitis qui ornent presque toutes les parois, jusqu’à ce qu’on se perde dans la mauvaise rue … On m’a volé mon sac là-bas … Enfin, ils ont embarqué le koala, mon journal de voyage, et mes lunettes de soleil : ça aurait pu être bien pire ! (Heureusement, Erika s’est bien cramponnée à son sac, elle !) Bref, on aura fait connaissance avec la police locale comme ça … À défaut d’être très efficaces, ils m’ont bien fait rire !

Après ça, nous avons eu envie d’un peu de calme : nous nous sommes mises en route pour le sud du pays, et nous avons atterri (enfin, après 12 heures de bus, on ne perd pas les bonnes habitudes) dans la magnifique région des lacs, à Pucón, petite ville située au pied d’un volcan (en activité) et sur la rive d’un vaste lac. C’est drôle, il doit y avoir une grande colonie allemande dans la région, l’architecture rappelle une station des Alpes, et pas mal de noms ont une consonance allemande. En tout cas, je dois le dire, ça fait du bien de retrouver un peu de nature ! Nous nous sommes promenées sous la pluie et le soleil (le temps change tous les quarts d’heure), dans le parc national Huerquehue – 7 heures dans la boue, ça fatigue; à los Ojos de Caburgua – joli site dans les bois; au bord du lac … Les nuages se sont levés pour nous laisser admirer les flancs du volcan recouverts de neige (nous n’y sommes pas montées : trop froid et trop haut pour moi !). C’était beau. Et nous avons rencontré beaucoup de gens intéressants dans ce coin ! Et aujourd’hui, nous sommes a Puerto Varas, similaire mais plus peuplé que Pucón, avec un volcan supplémentaire. La classe ! Nous nous sommes arrêtées ici sur le chemin vers l’île de Chiloe, où nous serons demain. Nous espérons récolter de nombreux mythes sur l’île, car il paraît que ceux-ci y sont encore très vivants. Nous verrons bien ce que nous trouverons (en plus des fruits de mer et des églises en bois).

J’essayerai de rajouter des photos à l’article rapidement, promis ! 😉

Publicités

2 réflexions au sujet de « Chili, hauts et bas* »

  1. Belle balade au Chili donc! je suis contente de lire que votre parcours se passe bien! .. et croyez moi, vous n’allez pas être déçue à Chiloé! Au niveau mythe, il y a tout ce qu’il faut!! Remettez mon bonjour à Harry, de Backpackers quand vous y retournez, s’il se souvient de moi! Au plaisir de vous lire, Bonne route! Morgane!

    • Hey !
      Oui, le Chili, c’est vraiment un super pays. Je pense me débrouiller pour y revenir, je trouverai bien une excuse pour ça. 😉

      Je lui dirai bonjour oui, si ça c’est pas une drôle de coïncidence ! 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s