Posons nos Pénates à San Ignacio

Cela va bientôt faire une semaine que nos avons posé nos sacs à dos à l’auberge El Jesuita (la première du Routard, celle où apparemment tous les Français de passage se sont donnés rendez-vous) : toute petite, avec certes la salle de bain et les toilettes au fond du jardin, mais très agréable, en grande partie grâce à la gentillesse des gérantes.

Ce qui est drôle, c’est que San Ignacio n’apparaît pas sur Google maps ; et quand le bus nous y a déposées dans le froid et la pluie dimanche dernier, je dois avouer que les chemins de terre rouge boueux qui constituent la majeure partie des rues du village nous ont paru peu praticables. Enfin, nous n’avons pas eu de problème pour nous orienter dans cette petite ville aux routes perpendiculaires, construite autour des ruines d’une ancienne mission jésuite.

Malgré le froid humide et perçant des premiers jours, nous nous sommes senties très bien ici, à discuter avec les autres voyageurs, à partager nos expériences, à jouer aux cartes, a nous motiver pour réussir a passer sous la douche, à donner quelques cours de français à Herminia, qui tient l’auberge (Erika est une super prof !) … Et pendant la journée, nous visitons tout ce que nous pouvons dans le coin, en particulier, les missions jésuites. Les ruines de Santa Ana, à l’atmosphère particulière, où la végétation a repris ses droits ;

celles de San Ignacio, mieux conservées ;

le Parc Teyú Cuaré, dès que le soleil et la chaleur furent revenus, d’où l’on a une vue incroyable sur le río Paraná (qui se mérite ! Nous avons bien marché 20 km mercredi) ;

les missions paraguayennes de Trinidad et Jesus, notre première grande expédition comique en compagnie de Michael, allemand rencontré la veille à l’auberge (7 bus, la perte momentanée d’Erika à la frontière, une errance passagère à Encarnacion, 11,6 km dans une espèce de voiture de golf, un peu d’escalade sur des ruines superbes, une campagne verdoyante, de bons fous rires, une belle journée).

Et vendredi, après ces quelques jours épuisants, nous avons voté à l’unanimité (de nous deux donc …) de rester au calme. Une sage décision fut prise : nous poser sur une plage au bord du fleuve pour profiter du temps radieux. Et bien évidemment, ça aurait été bien trop simple ! Déjà, la plage était à 5 km. Marchons donc ! À notre arrivée, rencontre avec les garde-frontière (le Paraguay est de l’autre côté du fleuve), qui nous invitent d’abord à dîner (la fameuse parrilla et l’asado, le barbecue argentin), puis à partager leur déjeuner. Le repas fut bien sympathique, et après discussion, nous avons décidé d’accepter de suivre le chef dans une promenade improvisée dans le coin. C’est ainsi que nous avons pu rencontrer des guaranis dans un de leurs villages cachés dans la forêt (nous avons refusé de réveiller le Chef pendant la sieste), que nous sommes retournées dans le parc au-dessus du Paraná, et que nous avons parcouru le Sendero Mitico, quelque part dans la forêt tropicale, qui retrace les légendes guaranis, créées pour effrayer les enfants et les tenir à l’écart des dangers de ces bois (cliquez ici pour lire les descriptions des creatures legendaires – en anglais). Ce fut une journée complètement irréelle, mais très intéressante et amusante, grâce à notre guide imprévu, qui a partagé avec nous ses connaissances sur la culture indienne, les arbres, la vie de militaire en Argentine.

En fait, ici, la gentillesse des gens nous touche beaucoup (les personnes qui nous aident quand nous sommes perdues, comme ce monsieur qui nous a offert des fruits au bord d’une route quand nous errions à la recherche de Santa Ana, Herminia qui nous propose de partager des pizzas maison, leur patience face à mon espagnol brinquebalant …), et le village est plutôt charmant, avec ses maisons colorées (sa mairie rose et rouge), son ciel bleu, sa terre rouge, et ses arbres en fleurs. Bref, on est bien.
20120902-102906.jpg

Mais aujourd’hui est un grand jour : départ pour Paraná, Entre Ríos, pour y rencontrer enfin Carina, notre interlocutrice à l’école Normale, premier établissement qui nous recevra pour le projet, et les enfants qui participeront à l’expérience le 4 septembre.

Si vous souhaitez recevoir des petites nouvelles -presque- quotidiennes, vous pouvez toujours nous suivre sur notre page facebook ou twitter (liens dans la colonne a droite) !

Hasta luego !

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s